La bulle de Némo mitigée

Il est des matchs plus difficiles à digérer et qui vous laissent un goût amer. Ce fut le cas ce week-end contre Lacapelle-Marival. Mais une fois la déception et la frustration passée quand on est un poisson-clown il faut trouver le positif même dans la défaite. Et si ce match a eu sa dose d’imperfections, il a aussi son lot d’anecdotes bien pimentées.

La journée a commencé sur les chapeaux de roues, quand la femme du coach cantalou a été obligée d’appeler les sœurs crumble pour leur expliquer qu’elle était obligée de conduire elle-même leur entraîneur au lieu de rendez-vous du covoiturage. Après un trajet compliqué tout le monde du 82 a rejoint la fine équipe pour se diriger vers le nord du département.

Deuxième surprise du jour, alors que la feuille de match affiche complet, il va falloir se contenter d’un bus raccourci. Après un tetris avec les sacs et les glacières et une réquisition de la banquette arrière pour les sacs restants c’est parti pour Lacapelle.

Après un repas pris dans le bus, il est temps d’arriver et de se préparer. Pas de pluie, mais un petit vent frais qui nous rappelle qu’on est quand même au mois de novembre même s’il fait soleil.

Le match, bien que compliqué, a aussi son lot d’anecdotes: quand une sardine met une petite bournifle à un autre poisson en descente de touche ou quand la doyenne joueuse coach occupe le poste de talonneur suite à des changements.

Le match se termine et malgré la défaite il faut rentrer. La fatigue se fait sentir, la frustration aussi mais on met de la musique, on s’hydrate un peu, on mange des cochonneries salées ou sucrées. Après un tirage au sort pour jouer au père noël pour le dernier match de l’année, on parle du prochain match histoire de se remotiver.

Certaines iront partager avec les garçons victorieux en promettant de rentrer à « never », d’autres reprennent le chemin de leurs villes étudiantes et d’autres rentreront vite à la maison pour retrouver leurs enfants.

Alors oui ça fait mal de perdre, oui c’est encore plus dur quand on y croyait, oui c’est pire quand en plus on s’est qu’on s’est loupées, mais c’est qu’un match et on aura l’occasion de se rattraper.

Les infernalles ont surmonté bien pire que ça et vont tout faire pour faire oublier ce match raté.
Allez la douve et allez les infernalles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *