Douze de der à la Douve

Voilà, nous y sommes et c’est sans aucun défaitisme, ni « sombrisme » bien au contraire que toi Captain Méla, tu t’apprêtes à commencer ce que l’on pourrait appeler le début de la fin.

Cela fait maintenant 42 ans 4 mois et 19 jours que ton nom fut inscrit sur ton extrait de naissance et en ce premier dimanche d’avril, tu vas devoir fouler avec tes coéquipières, une dernière fois cette pelouse qui t’est chère. Ultime rendez-vous avec la Douve pour pouvoir boucler une histoire commencée il y a six ans avec ce club.

Oh, point de gloriole mais il faut bien reconnaître que ton exceptionnelle longévité mérite bien un hommage. Et ce n’était pas gagné puisque ce satané chat noir que tu te trimbales depuis tant d’années, a bien failli tout foutre en l’air dès les premières minutes de ton premier match de ton ultime saison. Tout ce petit monde rouge et blanc allait s’écrouler autour de toi, dès la parution du diagnostic médical, mais ta force de caractère, ton mental à faire baisser la tête à un régiment de légionnaire et ton travail physique hors norme ont su conjurer le mauvais sort.

Tu t’es donc gagnée le droit de pouvoir disputer cette dernière rencontre avec tes troupes au, sein de la maison U.S.L. D’autres de tes amies de longue date, n’ont pas eu la chance de pouvoir le faire.

Te voilà donc aux portes de ta dernière bataille dans « ta maison », maison où tu as trouvé une présidente à l’écoute, des dirigeants au soutien, des bénévoles tout aussi dévoués pour les filles que pour les garçons et des filles qui sont devenues tes amies et quasiment des sœurs pour certaines.

Toi le fidèle soldat de la Douve qui a su gagner le respect des coachs et de tes coéquipières en te confiant le rôle de capitaine, toi la battante qui a su fédérer et motiver afin de montrer à tout le monde les variantes de l’exemplarité et du courage (d’ailleurs tu n’es pas la seule).

« Oui mais il faut encore gagner le match » … désolé, j’avais presque oublié.

Ton humilité t’a toujours empêché de parler de toi et de tes performances mais n’aie aucun doute sur la fierté dont font preuve ta famille, tes amies, tes coéquipières ainsi que le type qui écrit ces mots. Tu as toujours préféré les actes aux longs discours mais nul doute que ce dimanche tu n’auras pas prévu d’être la reine d’un bal qu’il faudra jouer de concert avec des filles qui sont tout aussi fières de jouer avec Captain Méla, que toi de partir à la « guerre » avec elles.

Tu as porté fièrement les couleurs d’un club presque fait pour toi, tu as porté dignement les valeurs d’un sport à ta taille et même si une page se tourne, tu sauras rendre à ce jeu et à toutes celles et ceux qui t’ont accompagné jusque-là ce dont ils t’ont donné.

« Oui mais il reste une qualif à aller chercher » … évidemment.

Alors dimanche, quand tu sortiras ton sac estampillé du numéro 12, du coffre de ta voiture pour la dernière fois, prends le temps d’apprécier tous les mètres qui te séparent du vestiaire.

Alors dimanche, quand tu y poseras ta valise pour la dernière fois, regarde bien tous les murs de ce vestiaire ou tes discours d’avant match sont gravés dans la faïence.

Alors dimanche, quand tu causeras à tes copines pour la dernière fois en ces lieux, regardes-les bien dans les yeux pour leur demander de te suivre au combat une fois de plus.

Alors dimanche, quand tu rentreras sur cette pelouse une dernière fois, arrange-toi pour faire face à la tour et lui faire un petit signe d’au revoir car elle mieux que personne n’a été le témoin de ton engagement.

Alors dimanche, quand l’arbitre sifflera la fin de la partie, va lui serrer la main en souriant car sans lui, tu n’aurais pu pratiquer.

Alors dimanche, tu auras surement une pensée pour Zaza, la grande sèche et la photographe qui ont commencé cette aventure avec toi mais n’ont pu la terminer de la même façon que toi (et il y en a d’autres).

Alors dimanche, après avoir entériné un résultat que tout le monde espère positif, lâche prise car tu ne pourras lutter contre la violence des sentiments qui vont s’entrechoquer.

Alors dimanche,une dernière fois sur cette pelouse, tu devras dire à ces putains de nanas combien tu as été fière de jouer à leur coté et surtout combien tu les aimes.

Alors dimanche toi, Captain Méla, tu sauras mieux que quiconque :  qu’ici c’est la Douve !

One Comment

  • Dan FLORIN -

    Mélanie, rencontrée d’abord sur les terrains de football et dans le cadre “formation aux gestes de premiers secours” (il y a… heu… pas mal de temp
    s !!) a toujours été une “battante”, une “vaillante” dans tout ce qu’elle entreprenait et … jusqu’au bout !!!
    Je pense aussi qu’il faut savoir, un jour, raccrocher les crampons et passer à autre chose… mais, je te fais confiance, quel que soit ton choix de réussir dans cette nouvelle vie (mais ça ne va pas être facile, au début !!) bises d’un ancien “sportif, d’un ancien pompier et ancien formateur qui va aussi, d’ici peu, poser ses valises et … penser à autre chose …
    à bientôt … certainement..
    Dan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Luzech Rugby

GRATUIT
VOIR