Didier Retière : « Aider les clubs à prendre la dimension de leur territoire »

Le programme de reprise de l’activité rugby ne concerne pas seulement les clubs, puisque les premières phases peuvent être pratiquées au sein des établissements scolaires comme activité physique. Explications avec le Directeur Technique National.

Didier Retière Directeur Technique National FFR

Pour permettre une reprise attendue par nos pratiquants, la FFR propose un accompagnement de ses clubs autour d’un programme conçu par la Direction Sportive.

Si la reprise doit se faire conformément aux recommandations du Haut Conseil de Santé publique, les objectifs de ce plan doivent permettre une activité physique et ludique en évitant les risques d’exposition au virus et en privilégiant les mesures de protection collective pour tous les licenciés à partir de 5 ans.

Mais pas que puisque les premières phases de ce programme, parcours individuels avec et sans ballon, peuvent aisément peuvent être transposer aisément dans les cours de récréation.

Quelle peut-être la place du rugby dans la reprise de l’école ?

Didier RETIÈRE (Directeur Technique National)

“La Fédération, ses ligues, ses départements et ses clubs ont des cadres techniques ou des salariés, diplômés d’état, qui peuvent intervenir dans le milieu scolaire.

Aujourd’hui, clairement, ce n’est pas pour de la pratique du rugby étant donné les barrières sanitaires et le socle de confinement mis en place. Nous avons mis en place un programme de reprise à base de courses, de sauts, des parcours de motricité, toute une série d’exercices que l’on peut mettre en place à l’école.

Nous voulons que nos clubs puissent jouer le jeu de cette solidarité citoyenne et aider les municipalités à faire reprendre une activité sportive.

C’est une belle occasion pour créer des liens plus étroits entre les institutions locales, les partenaires traditionnels comme l’USEP, l’UNSS, l’UGSEL et les écoles.

Cela peut permettre de placer le club de rugby comme étant un partenaire crédible capable de les accompagner dans l’éducation des enfants.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *