Qui perd gagne !

S’il on devait mettre un coefficient d’attractivité sur un match, le derby de la basse vallée du Lot opposant les filles de Puy l’Evêque à celles de Luzech serait très élevé.

Attendu par les uns, redouté par les autres, ce dimanche pour le moins estival allait indiscutablement cristalliser tout ce qu’il pouvait y avoir de positif ou de négatif. Comment aborder ce match pour les infernalles quand il s’agit de jouer contre des ex coéquipières, entraîneurs et autres dirigeants ?

Compliqué, pour le peu que vous ayez en plus, des ex amis dans les tribunes. Pour les coaches, les consignes sont simples : on oublie dans la mesure du possible ce qui s’est passé à l’inter-saison et on y va pour faire ce que l’on sait faire de mieux, c’est-à-dire jouer. Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, les filles de l’USL en avaient à revendre mais dès le coup d’envoi, on sent bien une certaine crispation.

Les infernalles se retrouvent rapidement, suite à un carton jaune, en infériorité numérique et quelques minutes plus tard, elles sont menées 7 à 0 ! Force de caractère oblige, elles relèvent la tête et sont à deux doigts de marquer. Ce sera chose faite quelques minutes plus tard, avec un essai en coin de Sabine Bastit. Il ne sera pas transformé et la mi-temps est sifflée sur le score de 7 à 5 en faveur des locales.

Le score enfle dès le début de la seconde période suite à une pénalité et l’on comprend assez vite que cela va devenir compliqué tant les incohérences de l’arbitrage se mêlent de façon intempestive au jeu ! Etre en avance sur son temps, ça a du bon mais au rugby on appelle ça le hors-jeu. Difficiles de développer quoi que ce soit dans ces conditions d’autant plus que la tension monte d’un cran sur et en dehors du terrain.

Quelques noms de doux volatiles fusent de parts et d’autres, rien d’anormal pour un derby et les infernalles malgré quelques petites provocations et une belle représentation de la Comedia Del Arte, restent fidèles à leur engagement de départ. Cela ne sera pas suffisant pour revenir au score. La fin du match est sifflée sur le score de 10 à 5 pour les filles “d’à côté”.

La déception est grande et même si les soiffards pourront toujours dire que le verre est à moitié vide, les pragmatiques y verront un verre à moitié plein grâce au bonus défensif. Les infernalles ont su garder tout au long du match leur excellent état d’esprit et si une règle veut que pour gagner une bataille il vaut mieux être nombreux et unis plutôt que seul et méchant, l’exception y viendra toujours chercher sa part de marché !

Trois semaines de repos à venir pour les filles qui permettront de panser les petits bobos avant d’enchaîner, tient donc, sur un autre derby contre St Céré le 5 novembre prochain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *