Que de regrets pour les féminines !

Rodez 15 Luzech 7 (MT 5-0)

Pour Rodez 2 essais 1P 1T
Pour Luzech 1 essai Pons 1T Cot

Composition : Barbarou, Aulié, Treil, Bazély, Henras, Salgues, Mardi, Lassus, Bastit, Dufrene, Annes, Cot, Pons, Sabatié, Lavergn, Baillet, Vermonet, Estrada, Vigié

C’est dans des conditions glaciales que l’homme en vert donne le coup d’envoi. D’entrée de jeu les luzéchoises investissent le camp ruthénois afin de gagner la bataille territoriale. Le jeu est perturbé par un fort vent froid qui rend difficile les lancements. Les lotoises campent dans le camp aveyronnais mais ces dernières ouvrent grand large en sortie de mêlée et depuis leur 30 mètres traversent tout le terrain pour aller aplatir au pied des poteaux à la 25e. 5 à 0 contre le cours du jeu.

Les infernalles réinvestissent le camp ruthénois, mais trop de ballons tombés empêchent de concrétiser quelques actions que ce soit. Rodez subit et profite de chaque opportunité qui est offerte. Heureusement, un retour in extremis de Mathilde Pons empêche toute aggravation au score. 5 à 0 pour les locales à la pause.

En seconde période, on prend les mêmes et on recommence avec une domination territoriale tout aussi stérile. A l’instar du premier acte sur une sortie de mêlée fermée, elles traversent tout le terrain pour de nouveau aplatir entre les perches. 12 à 0 Patatras, 5 minutes plus tard 3 points de plus sur une pénalité façon poteau rentrant qui permet de redéfinir la notion de réalisme.

Les lotoises n’abdiquent pas et sur un mauvais renvoi des ruthénoises la « très en jambes » Mathilde Pons récupère le ballon au milieu du terrain pour traverser toute la défense adverse et fini par s’écrouler dans l’en-but pour un essai plus que mérité transformé par Mélanie Cot à la 70e 15 à 7.

Les infernalles auront une ultime chance de revenir avec le bonus défensif mais la dernière touche sur les 5 mètres aveyronnais n’est pas conclue victorieusement et l’arbitre siffle la fin du match avec un énorme sentiment de frustration à la vue des 70 minutes passées dans le camp ruthénois.

Démoralisant, rageant mais encourageant pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *