Encore un déplacement pour les Seniors !

Contre Verfeil, Luzech avait joué avec sérieux mais avait perdu. A Montech et contre le TEC, deux bons matchs ont produit deux belles victoires. Le déplacement à La Nicolaïte a marqué un coup d’arrêt dans la qualité du jeu. Des déchets techniques (passes approximatives parfois après de belles séquences), des ballons tombés, des absences ont refait penser aux matchs où l’équipe avait alterné le bon et le moins bon.

Si la victoire est là, essentielle, il faut vite oublier le contenu du match de dimanche.

Au classement de la poule ; Carmaux revient bien dans le coup, Montech compte beaucoup de points de bonus. Derrière Verfeil, Toulouse Lalande et Montredon, Luzech peut disputer à Carmaux et Montech la 4ème place et se détacher de St Orens, St Jory, le TEC et La Nicolaïte.

C’est le printemps avant l’heure à Luzech, résultat du travail de la commission sportive, et du club, mais c’est surtout le résultat du travail des entraîneurs et des joueurs. Cependant, dimanche, il faudra un exploit des joueurs luzéchois pour l’emporter à Montredon, mais avec ce groupe rien n’est impossible et la pression sera plutôt dans le camp adverse.

Alors, pas question d’une promenade au magnifique zoo de Montredon-Labessonnie ! Pour espérer l’emporter et se faire plaisir, il faudra s’appliquer sur les fondamentaux pour pouvoir développer le jeu de mouvement qui permet à l’équipe de faire la différence.

Ce week -end, les deux équipes se déplaceront pour deux belles rencontres.

De nouveau la Corrèze pour les infernalles

Pas le temps de digérer la déception (et c’est tant mieux), que les Infernalles se retrouvent en déplacement pour y affronter les autres Corréziennes de la poule.

C’est donc chez les Neuvicquoises que les filles de la Douve vont tenter de récupérer des points histoire d’effacer définitivement la contre-performance de dimanche dernier à domicile. Sur le papier la rencontre s’ann2once déséquilibrée mais sur le papier seulement. Même si les filles de Corrèze pointent à la dernière place du classement, elles ont bien l’intention de jouer les trouble fêtes malgré leurs difficultés à maintenir un effectif stable.

Un match à la maison reste un match à la maison donc attention, l’odeur nauséabonde du match piège n’est pas loin de venir chatouiller l’olfactif des Infernalles. Celles-ci, sous la houlette de leurs coaches, vont devoir gommer toutes les petites erreurs de dimanche dernier sous peine de sanction immédiate.

Retrouver les bases de leur jeu, respect des fameux fondamentaux, le tout couronné d’une bonne dose de plaisir, devraient être les ingrédients pour composer la si précieuse recette d’un succès nécessaire et obligatoire. Et histoire de compléter le tableau, tout ce petit monde devrait s’expliquer sous un temps à faire déprimer un congrès d’humoristes.

Les Infernalles savent donc ce qui leur reste à faire pour ramener un maximum de points avant les prochaines échéances pour le moins décisives. A vos moufles et vos crampons.

A la découverte de Fabrice Escaich

Bonsoir, je suis Fabrice Escaich, né à Toulouse. Je suis marié, un enfant, un petit garçon. J’ai 32 ans, 1m70 pour 85 kg. Je suis enseignant au Lycée Gaston Monnerville de Cahors, en maintenance automobile.

Je débute le rugby à Mazères sur Salat (31), jusqu’à 18 ans. Je joue au TAC (Toulouse),à Marcq-en-Bareuil (59 Nord), Nogaro (32 Gers), Puy L’Evêque et enfin Luzech. J’arrête un an pour une opération à l’épaule avant de  reprendre cette saison.

J’ai été troisième ligne en jeune, demi de mêlée en sénior, puis trois quart centre et enfin troisième ligne. Mon meilleur souvenir ? Le titre de champion des Pyrénées 2008 avec Mazères sur Salat.

Je suis la carrière de Julien Rey avec qui j’ai eu la chance de jouer.  Mon père a joué avec William Servat à Mazères avant qu’il rejoigne le Stade. Et cela fait bientôt dix ans que j’ai rejoint cette belle région du Lot. Allez la Douve !

Page 14 sur 47
1 12 13 14 15 16 47