La sélection senior du Lot qualifiée

La sélection du Lot seniors l’a emporté samedi à Gramat en quart de finale retour dans la compétition des sélections Occitanie séries régionales.

Photos Anne Marie Soarès

Les Lotois (qui avaient fait match nul 17 à 17 dans le Gers) se sont imposés sur le score de 17 à 15 au terme d’un match très disputé.

Ils rencontreront la sélection de Haute Garonne en demi-finales. Un grand bravo aux seniors luzechois sélectionnés.

Le centenaire s’expose sur le marché

Tous les mercredis sur la place du canal à Luzech , c’est jour de marché.

Le stand de l’USL Rugby propose toutes les informations sur son centenaire qui sera fêté le dimanche 9 juin.

Les visiteurs peuvent découvrir les manifestations qui seront organisées, mais aussi s’équiper pour l’événement avec les polos et chapeaux du centenaire.

Ils peuvent aussi s’inscrire à la soirée festive et se procurer les bouteilles du centenaire.

Maïté, Jean Yves, Francois, Robert et les autres, … vous attendent

Le OUI-MÉ de Molive

OUI MAIS :  Un quart de bonheur !

Si le fantasque cadrage-débord est un geste quasi sanctifié au rugby, le recadrage des bords avant l’ouverture officielle de la billetterie pour les quarts l’est beaucoup moins.

Quoi de plus surprenant que d’entendre les premières vociférations de la femme au brassard pendant l’échauffement ? au moins il n’y a pas tromperie sur la marchandise… pour s’échauffer, ça chauffe !

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Fort vent de traviole, terrain en faux-plat, petites fleurs blanches de saison, l’homme en vert au taquet, 25 degrés au soleil et seulement 3 quand un nuage passe, le tout avec trente filles cramponnées prêtes à en découdre. Le tout avec des lomagnoles sûrement en progression et une équipe luzéchoise fortement remaillée digne des plus grandes mises à jour de Windows XP !

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Le début de match ne fait que confirmer les craintes émises par l’écrivain et le boulanger, à savoir que ça pouvait basculer en match piège à tout moment. La première demi-heure a au moins le don de leur donner raison puisque l’on assiste à une véritable démonstration de ce qu’il ne faut pas faire, le tout assorti des célèbres fautes à répétitions. L’arbitre joue tellement du sifflet que l’on se demande si on n’aurait pas dû protéger les vitres du club house.

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Deux éclairs cependant ; le boulanger n’en demandait pas temps ; avec la demi d’ouverture qui a d’ailleurs fini par la trouver en allant voir ce qui se passe derrière la ligne et l’arrière qui a décidé de se mettre en avant afin de passer au milieu et ce malgré les nombreux panneaux estampillés «défense de pénétrer ». Quand la représentante en volailles se voit intimer l’ordre de passer par le frigo une dizaine de minutes et la toujours demi d’ouverture se fait tatouer le crampon derrière le genou, la fin du premier acte a tout du dernier Spielberg tant le suspense non voulu a tout de la science-fiction ! Les citrons arrivent à point nommé.

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Comme on dit souvent à Beaune, la deuxième séance démarre sous de meilleurs hospices. La troisième ligne centre du quatre sept signe l’essai furette du jour en surprenant tout le monde tant est si bien qu’entre le moment où elle a aplati et le moment où l’homme au sifflet a validé, elle a eu le temps de passer ses dernières commandes Amazon. Le bonus offensif est sur les bons rails mais on est plus prêt du point d’interrogation que du dernier « smiley tendance » des réseaux sociaux.

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Les filles en rouge et blanc, telles un smartphone, se mettent soudainement en mode avion mettant à mal l’ensemble des connections. Quitte à être comparé a l’oiseau de fer, autant y rajouter les turbulences. Le boulanger et le journaliste se demandent alors dans un anglais parfait « cake y’s passe ? » Pas franchement de réponse mais au moins deux milliards de tentatives d’explications comme d’habitude dans ces cas-là.

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
Arrive alors un dernier quart d’heure a rendre le sourire à une congrégation de représentants en anti-dépresseurs. La native de la Bouriane est tout d’abord à la conclusion d’un superbe mouvement d’envergure. Ensuite vient alors une sortie de balle en mode missile avec le bon guidage GPS, qui nous gratifie un joli combo avant/trois-quarts, le tout conclu par la presque new yorkaise du moment.

Celle-ci récidive peu avant la sirène en ayant décider de se débrouiller toute seule malgré ses presque vingt printemps, en nous montrant l’étendue de son talent (même s’il faut de temps en temps lui rappeler qu’elle en a) en mode requin blanc en chasse. Baby shark doo doo doo doo doo doo !

« Oui mais si on joue comme ça en quart… »
La fin du match est ordonnée avec la victoire et les cinq points obligatoires dans la musette mais en lieu et place de la très normale joie d’une qualif, on nous propose en tête de gondole, un ouf de soulagement et son florilège de frustrations.

Au royaume des insatisfaites, les Infernalles joueraient surement le rôle de reines.

« Oui mais si on joue comme ça en quart… » STOP !!!
Certes il est plus facile de causer derrière les balustrades mais de l’extérieur on a quand même vu de belles choses. Dans un premier temps le contrat est rempli, ensuite la défense a fait le job puisque la totalité des points encaissé est égale à zéro. Essayons de penser autrement, et plutôt que de relever ce qui n’a pas très bien fonctionné pour essayer de l’améliorer, pourquoi ne pas stigmatiser ce qui a été bien;  histoire de passer une bonne troisième mi-temps avec les rictus de mise.

Même si c’est tout à l’honneur de chacune de reconnaître ses erreurs, cet excès de lucidité ne doit pas occulter le passage en quart de finale et ça c’est une réalité. Ça ne sert pas à grand-chose de se demander à quelle sauce on peut être mangées en quart, par contre profiter du fait d’y être me parait plus jouissif.

En attendant, le boulanger et l’écrivain vous disent merci de pouvoir continuer avec vous pour la suite de cette belle aventure.

Les M-16 de RQL sortent la tête haute des phases finales de Ligue 2 Régionale

Samedi, les M-16 du Rassemblement Rugby Quercy Lot affrontaient leurs homologues du Rassemblement du Pays d’Ormes dans un 1/16 de finale décroché sur le fil, puisque derniers qualifiés de la compétition Ligue 2 Régionale.

Nullement impressionnés par des Ariégeois à qui ils rendaient de nombreux kilos, nos M-16 attaquaient la rencontre avec la ferme intention de briller, et bien que contraints en début de première mi-temps à beaucoup défendre, ils atteignaient le premier quart d’heure sur le score de 6 à 3 après avoir encaissé deux pénalités et en avoir marqué une.

C’est peut-être à la 19ème minute que le match bascule, les bleu et rouge de RQL encaissant un essai de pénalité au milieu des poteaux sur une faute commise à l’approche de leur en but. Malgré cet essai, la fin de la première mi-temps sera quand-même à leur avantage sans que pour autant ils réussissent à conclure et la mi-temps sonnera sur le score de 16 à 3.

La deuxième mi-temps tournera par contre rapidement complètement à l’avantage des adversaires du jour, nos vaillants joueurs encaissant successivement à la 4ème, à la 21ème et à la 31ème minutes de cette mi-temps trois essais transformés et s’épuisant dans un combat où ils laissaient leurs dernières forces. Dans un dernier baroud d’honneur et pour démontrer qu’ils n’étaient pas là par hasard, les joueurs de RQL inscrivaient un magnifique essai à la 39ème minute, scellant ainsi le score du match à 37 à 10.

Un grand bravo aux joueurs, à leurs entraîneurs et à leur encadrement pour leur beau parcours de cette année.

La bulle de Némo

Une vision non objective du match des Infernalles

Bon, aujourd’hui, match à Saint Clar contre Coeur de Lomagne, à défaut de férias à Condom, allons quand même faire un tour dans le Gers.

Une équipe remaniée, l’occasion pour certaines de tenir un poste qu’elles convoitent souvent . Le trajet prend un air de promenade dominicale avec pique nique au bord de l’eau qui ferait presque oublier qu’un faux pas arrêterait là une saison plus tôt pas mal commencée.

Mais bon, Captain Mela veille au grain (normal pour une CotCot) et remet les pendules à l’heure. Après quelques lancements de jeu, retour dans le bus pour arriver au stade et aller enfiler ce maillot qu’on aime tant.

Arrivées au stade, les « expertes » font leur analyses « le terrain est en pente et monte vers l’angle la bas » « le vent est en travers » « y a des trous partout », Horacio n’a qu’à bien se tenir les infernalles mènent l’enquête. Après avoir tout vérifié, fini le camp de vacances, il est temps d’aller s’échauffer.

Un aller-retour, un mini tour de terrain, la PPG habituelle, échauffement des cervicales et opposition pair contre impair…euh ok mais c’est quoi mon numéro? Visite de l’arbitre qui a priori n’est pas venu pour faire de l’humour.

Retour aux vestiaires pour enfiler le maillot, première étape ne pas se tromper de vestiaire (surtout pour la première ligne remplaçante) et ne pas oublier d’enfiler son short (peut être le secret de notre ailière pour courir plus vite). Au moment de rentrer, une sensation bizarre, faudrait pas les sous-estimer… Non on peut pas faire ça.

Coup d’envoi sifflé et là faut y aller. Et là c’est le festival… mais pas celui de bandas malheureusement, …, en-avant, hors-jeu, carton de plusieurs coloris, engueulades à répétition, la seconde ligne a même réussi à chuter seule (on peut quand même rire un peu)… bref le meilleur du pire sur ce match.

Après un petit recadrage (plus compliqué que le cadrage débordement), les avants y remettent la tête, les trois-quarts activent leurs gambettes (et même les avants de temps en temps) et le ballon retrouve la terre promise. Enfin ! Heureusement l’essentiel est assuré et la victoire est là synonyme de qualification.

Mais que penser? Oui on a fait un mauvais match… Non les changements de poste ne sont pas la seule raison du désordre… on chante ou on chante pas? Bon apparemment on chante pas. Ok on n’a pas fait un mauvais match mais le résultat est là et on peut quand même être fières de nous non ?

Une bonne douche, un ou deux beignets de réconfort et il est temps de remonter dans le bus. Personne n’est dupe il y a encore du boulot, mais au final ça chante, ça chambre, ça rigole et au final c’est bien ça le rugby un ballon avec des copines autour et quand il y a plus le ballon il reste les copines.

Allez les filles direction le quart de finale et faisons que cette saison ne finisse pas en queue de poisson

Les luzéchoises en quart

Coeur de Lomagne 0 Luzech 36
Pour Luzech 6 essais Dufrene, Lavergne(2), Mardi, Pons(2) 2T Cot, Dufrene

Composition : Warne-Cleave, Huard, Velez, Bazély M, Bazély K, Aulié, Barbarou, Mardi, Bastit, Dufrene, Vermonet, Cot, Pons, Sabatié, Lavergne, Treil, Granata, Annes

C’est sous un soleil printanier, un vent à défaire tous les brushing du Sud-ouest, et une pelouse blanchie par les pâquerettes que débute la rencontre qualificative pour les infernalles.

La tension étant légèrement palpable, les rouge et blanche décident de prendre les points sur une pénalité histoire de se rassurer. C’est manqué, mais sur l’action qui suit, la demi-d’ouverture Laetitia Dufrene file entre les perches ouvrir le score. Essai transformé 7 à 0  11ème.

S’en suit alors une espèce de faux rythme générateur de fautes de part et d’autre qui a le don de provoquer un agacement général. Ca chacaille dans les rucks et les lomagnoles vendent chèrement leur peau jusqu’à ce que l’arrière luzéchoise Hélène Lavergne nous gratifie d’une relance aux 40m. Celle-ci finit dans l’en-but gersois en ayant pris soin de passer en revue toute la défense. 12 à 0  29ème

Les infernalles continuent de pousser, mais en estimant que vitesse est le synonyme de précipitation, le nombre d’erreurs se trouve dangereusement en augmentation. C’est donc avec un certain soulagement doublé de quelques interrogations qu’arrivent les bien-nommés citrons sur le score de 12 à 0.

Pas de quoi pavoiser d’autant que le bonus offensif est impératif pour la qualification. Le deuxième acte reprend avec d’autres intentions et c’est la troisième ligne centre Angèle Mardi qui plante le troisième essai derrière le ruck. 17 à 0 45ème.

Les luzéchoises retombent malheureusement dans leurs travers et il faut attendre la 65ème pour voir un superbe mouvement avants/trois-quarts conclut par l’arrière Hélène Lavergne s’adjugeant au passage un joli doublé. 22 à 0   67ème

La satisfaction n’est toujours pas de mise, mais le soulagement s’installe quand même pour des luzéchoises dans le dur. Les sourires arrivent 7 minutes plus tard sur une sortie de balle plus rapide que d’ordinaire générant un superbe mouvement bien fini par la deuxième centre Mathilde Pons. 29 à 0 74ème

Les infernalles étouffent les vaillantes gersoises qui craquent une dernière fois sur une mêlée bien contrée, en laissant à Mathilde Pons le soin d’expliquer à tous le rôle du trois quart centre.

Essai entre les pagelles précédé d’un « tchic tchac » qui laissera l’ultime rempart lomagnol avec les chevilles dans le béton. 36 à 0 80ème

Le très tatillon représentant du corps artitral envoie définitivement les deux équipes à la douche avec des lomagnoles sorties la tête haute et des luzéchoises en possession du ticket gagnant d’un tant espéré quart de finale. Victoire longue à se dessiner mais victoire qui permet aux lotoises de poursuivre leur belle aventure

Un podium et de beaux résultats pour nos U12 et U14

Luzech et Puy L’évêque avaient décidé de participer au tournoi à 7 de Lacapelle-Biron ensemble.

Sous des trombes d’eau les benjamins et minimes se qualifiaient le matin pour les 1/4 de finale en finissant 2èmes de poule avec 2 victoires et une défaite.

Les minimes s’inclinaient en quart et les benjamins en demi. Les U14 finissent 7èmes sur 16 avec 2 victoires, 1 nul et 3 défaites.

Quant aux U12, ils finissent 3èmes avec 4 victoires et 2 défaites.

Beaucoup d’envie et de courage,  bravo aux enfants qui ont joué dans des conditions météo extrêmes.

Page 1 sur 66
1 2 3 66