Luzech méritait plus qu’un bonus défensif.

Périgueux 13 Luzech 6 (mi-temps 10 à 6)
Pour Périgueux 1 essai 1T 1P
Pour Luzech 2P Cot

Composition : Aulié, Treil, Bazely K, Velez, Llamas, Bazely M, Henras, Galthié M, Mardi, Chevillard, Salgues, Callès, Cot, Pons, Dufrene, Bastit, Lassus, Roziers, Simon, Huard, Galthié A

S’il était entendu qu’en se déplaçant chez les co-leaders de la poule, il ne fallait pas rater l’entâme, la première minute relevait du scénario catastrophe. Le coup d’envoi donné par Périgueux est récupéré par les infernalles mais aussitôt gratté par l’adversaire qui envoie le ballon au large et se retrouve dans l’en-but en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. 7-0

Les rouges et blanches prennent pour le même tarif le marteau et l’enclume et sept minutes plus tard 3 points supplémentaires sont encaissés sur pénalité. 10 à 0

Touchées mais pas coulées, les lotoises enchaînent avec une succession de beaux mouvements qui poussent les pétrocoriennes à la faute. Mélanie Cot passe les trois points de la pénalité. Les Infernalles insistent et récidivent sur une grossière faute adverse derrière le maul. 10 à 6
La mi-temps est sifflée sur ce même score pour les dordognotes qui viennent de passer 35 minutes à défendre dans leur camp.

Le début de la seconde période s’annonce plus intense et sur un double accrochage sur une mêlée un double carton envoie les numéros 9 vérifier la stabilité de la température du frigo ! Les luzéchoises prennent alors les devants et campent dans le camp ciel et blanc, mais quelques approximations en touche ne leur permettent pas de concrétiser.

Pire, sur une des rares incursions périgourdines, elles encaissent une pénalité. 13 à 6 . Rageant aux vues des efforts fournis. elles sont à deux doigts de revenir au score mais Angèle Mardi et Mathilde Pons sont tour à tour bloquées à 1 mètre de la terre promise.

La fin du match rend les locales fébriles et malgré 10 minutes d’attaque défense les filles de la douve ne parviennent pas à renverser la vapeur.

Si en réalité, celui qui travaille le plus n’est pas toujours le plus rémunéré, force est de constater que dominer n’est pas forcément signe de victoire. Les périgourdines l’emportent en étant très réalistes quand aux infernalles elles se contenteront d’un bonus défensif synonyme de grosse frustration. Les filles du bord du lot méritaient mieux.

Prochain match à la douve le 17 décembre contre Romagnat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *